ALTERVILLES > Objectifs de la formation


Enjeux et objectifs de la formation

   
Enjeux de la formation

AltervillesDepuis une vingtaine d’années, les villes sont devenues des espaces et des acteurs politiques de premier plan à la faveur de la recomposition des Etats, de la construction européenne et de la globalisation. Dans un contexte post-fordiste, elles sont des lieux essentiels d’élaboration de stratégies de développement, de production de politiques publiques et, au final, d’intégration et de gouvernement des sociétés. 

Cependant, force est de constater que ce renouveau des politiques urbaines prend des formes souvent stéréotypées autour d’enjeux liés à la construction d’une économie des services et de la connaissance. Ces politiques reposent systématiquement sur la valorisation des mêmes ressources et aménités : centres anciens, qualité environnementale de l’habitat et des espaces publics, valeur patrimoniale, offre culturelle et universitaire, connexions, etc. Si ces politiques urbaines présentent d’indéniables mérites, il n’en reste pas moins qu’elles présentent des caractères socialement sélectifs et laissent de côté des ressources urbaines appréhendées comme autant de faiblesses à convertir voire à gommer, mais aussi des espaces « en difficulté », confrontés à un déclin démographique et économique persistant. 

Parmi les formations en politiques et stratégies urbaines existantes, la spécificité fondamentale du master Altervilles est de proposer une formation « par les alternatives ». Former par les alternatives, c’est :
  • dans un premier temps sensibiliser les étudiants à la recherche critique sur la ville et les politiques urbaines afin de faire de celle-ci une source d’innovation dans les pratiques professionnelles.
  • ensuite mettre les étudiants en contact avec les acteurs –associations, collectivités, entreprises- qui cherchent à inventer de nouvelles manières de fabriquer et de gérer la ville.
  • enfin sensibiliser les étudiants à la variété des situations, des ressources disponibles et des options politiques et techniques, et à la mobilisation de ressources dites « faibles ».

Objectifs de la formation

AltervillesLe master « Altervilles » labélisé Université de Lyon, opéré en partenariat par l’Université Jean Monnet Saint-Étienne et Sciences Po Lyon, vise à former des professionnels des stratégies et des politiques urbaines : professionnels de la maîtrise d’ouvrage, de l’assistance à la maîtrise d’ouvrage, de la prospective, de l’aide à la décision, de l’évaluation et de la participation. Il revendique trois spécificités :
  
  • Former des professionnels des politiques en direction de villes et de métropoles qui ne sont pas toujours au centre des préoccupations des concepteurs des politiques urbaines
La formation qu’il propose n’est donc pas focalisée sur les villes-mondes ou les espaces les mieux situés dans la division internationale du travail mais davantage sur les « autres » espaces urbains : les « second cities », capitales régionales, villes d’ancienne industrialisation, espaces métropolitains « intermédiaires ». Elle vise aussi à sensibiliser les étudiants à la lecture de la variété des configurations urbaines et à la mobilisation de ressources dites « faibles », celles qui sont rarement valorisées par les stratégies urbaines « mainstream » : la présence de l’industrie, les activités économiques informelles, la jeunesse, les minorités ethniques, les personnes âgées, etc. Ce sont ces villes, ces espaces et ces ressources spécifiques qui nécessitent le plus d’imagination politique et technique et d’intervention publique.
  • Développer une formation « par les alternatives »
Il s’agira non pas de former les étudiants à l’application de « bonnes pratiques » génériques, construites sur la base d’une vision sommaire des fonctionnements et des ressources des villes, mais davantage de les sensibiliser à la variété des situations, des ressources disponibles et des options politiques et techniques et, de manière générale, de les doter d’une vigilance à l’égard de la doctrine dont les stratégies et les politiques urbaines sont parfois percluses.
  • Mettre en œuvre une démarche de formation par la recherche et par la mobilisation des travaux scientifiques existants, notamment ceux relevant de la « nouvelle critique urbaine »
La démarche spécifique de ce master a été élaborée en lien étroit avec de nombreux praticiens qui partagent la conviction que les ressources urbaines de ces villes, moins visibles que celles des villes qui « marchent », et plus souvent appréhendées et analysées en termes de dysfonctionnements, constituent des ressorts incontournables des politiques de développement et de gouvernement urbain qu’elles permettent aussi de refonder.